Consommations et Societes
  • Nouveau traduction en chinois : la consommation & les sciences sociales (Dominique Desjeux)

    Traduction en chinois - 2 livres : la consommation & les sciences sociales

    Lire la suite

  • Romans : les Femmes chinoises ont-elles besoins des hommes ?

    Les Femmes chinoise, ont-elles besoin des hommes ? romans de Mou Xiao Ya

    Lire la suite

  • Consommateur Malin Tome 1 et 2

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 1 Face à la crise le cadrage du client et les marges de manoeuvre du consommateur

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 2 Le consommateur stratège

    Lire la suite

  • Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Soirée-débat "Truly different" by Pragmaty

    avec de gauche à droite Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Lire la suite

Chroniques anthropologiques

2018 02, « La fin des idoles » entre Téléréalité et épistémologie,

portrait de Dominique Desjeux antropologue, professeur à la Sorbonne, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Citée

La fin des idoles entre Téléréalité et épistémologie, une anticipation romanesque des controverses en sciences humaines autour de Bronner et Kaufmann ?

Note de lecture sur le roman à paraitre le 2 mars 2018, de Nicolas Gaudemet, La fin des idoles, chez TohuBohu

Dominique Desjeux, anthropologue, professeur émérite à l’université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité

Paris le 24 février 2018

2018 02 ok NICOLAS GAUDEMET LIVRE NOTE

www.lafindesidoles.com

Introduction

En lisant le livre de Nicolas Gaudemet, La fin des idoles, je ne pensais pas que la fiction allait frôler d’aussi près la réalité du petit monde des sciences humaines secoué depuis quelques semaines par des controverses sur la scientificité de ses différentes composantes.

Gérald Bronner, un sociologue spécialiste des croyances, croise le fer avec les sociologues proches de Pierre Bourdieu autour de la question de l’existence ou non du déterminisme. Une partie de la profession monte au créneau médiatique, mais sans que le débat avance vraiment. Fin février 2018, un autre sociologue, Jean-Claude Kaufmann, connu pour ses longues enquêtes qualitatives sur la vie quotidienne et les relations amoureuses, est à l’origine d’une nouvelle controverse, mais inversée, sur la scientificité des sciences humaines.

Au détour d’une interview réalisée pour le site de 20 minutes, il critique Stéphane Édouard le coach en sciences humaines de l’émission de téléréalité de M6 « mariée au premier regard ». Celui-ci se présente sur son site comme un porteur de « lunettes sociologiques ». Il a acquis la méthode de l’individualisme méthodologique, celle des systèmes d’action concrets et celle de la rationalité limitée des acteurs. Elles lui servent à décrypter les relations entre hommes et femmes, sans bien distinguer cependant la frontière entre une analyse compréhensive et des conseils qui fleurent mal le machisme. Est-ce le hasard, est-ce une causalité ou est-ce une autre raison, peu de temps après l’interview il est remercié par M6. Jean-Claude Kaufmann se retrouve avec un procès en diffamation sur les bras.

Cela ressemble étrangement à une « poursuite-bâillon », pour faire référence, entre autres, à un article de Simon Savry-Cattan de novembre 2017 et dans lequel il explique que la diffamation constitue un outil juridique dissuasif fréquent, et, ici, pour empêcher les attaques ultérieures des autres sociologues. Et c’est là où, grâce à Nicolas Gaudemet, la fiction rejoint la réalité.

Son roman nous emmène dans une émission de téléréalité présentée comme une expérience scientifique dont l’objectif serait d’aider les participants de l’émission à se débarrasser de leurs désirs de célébrité, comme Stéphane Édouard est censé aider les couples à se marier. Lyne, la coach de l’émission, possède un doctorat sur les addictions obtenu à l’université Columbia de New York, comme Stéphane Édouard possède un DEA, bac plus 5, de Sciences Po, à la suite duquel il écrit deux livres non pas de sociologie, mais qui sont des guides de conseils sur la séduction amoureuse. Très vite Lyne va se heurter à Gerhard Lebenstrie, un psychanalyste violemment opposé aux neurosciences, comme Stéphane Édouard voit se lever contre lui le monde professionnel des sociologues dont une pétition vient de recueillir plus de 1 000 signatures en quelques jours. On découvre enfin qu’un double procès menace les 2 principaux protagonistes de La fin des idoles. Cette menace d’une condamnation qui pèse comme une épée de Damoclès donne à ce récit sur les téléréalités un ressort dramatique puissant.

Il se lit comme un roman policier, davantage sur le modèle d’Hercule Poirot, plus cérébral, que sur le modèle de Maigret, plus sensible. Sa force est d’être construite sur une énigme intellectuelle, celle de la scientificité. L’humour n’est pas absent et ponctue les différentes étapes du drame. Le livre est bien documenté, sans être pesant, sur le milieu dans lequel se déroule l’action de l’émission, le microcosme politique et celui des grands corps de l’État, la guerre économique et médiatique, sans oublier le milieu intellectuel. Il mêle astucieusement, comme la bande d’informations qui circule en bas des écrans de télévision, des thèmes et des histoires qui évoquent l’homosexualité, la religion, les coulisses de la télévision, « la stratégie du désir » développée par le marketing publicitaire, et même l’histoire d’Anzieu psychanalysé par Lacan qui avait déjà psychanalysé sa mère…

Nicolas Gaudemet nous propose un véritable roman épistémologique, sur le vrai, les biais cognitifs, les perceptions sélectives, les biais de renforcement, les fantasmes de toute-puissance lacanienne, les neuro sciences et l’induction. C’est un débat très bien mené sur le jeu de la connaissance et de l’interprétation symbolique ou réaliste. Ce détour par l’imaginaire romanesque nous permet de lever une partie du voile qui recouvre la comédie humaine. Une lecture légère au service d’un livre profond. La fin des idoles est une fiction, une sorte de conte philosophique moderne sur le désir, la liberté illusoire et sur les forces psychiques qui nous gouvernent.

Le livre de Nicolas Gaudemet est un ouvrage subtil. Sa fin est complètement inattendue et j’espère qu’elle n’est pas prémonitoire pour les protagonistes du drame sociologique en train de se jouer sur la scène de la vraie vie.

Annexe pour en savoir plus sur les controverses en sciences humaines :

Gerald Bronner, Etienne Géhin, Le danger sociologique, PUF, 2017.

Stéphane Edouard,

Etes-vous faits l’un pour l’autre ?, M6 EDITIONS, 2017.

Description de l’auteur par l’éditeur

« Stéphane Edouard est un sociologue de renom, spécialisé dans le rapport entre les hommes et les femmes. Il a conçu et donné plus de 100 conférences et séminaires sur le thème de la séduction et plus largement de la masculinité (être sexué, briser la glace, créer de la connexion, comprendre les gens, se faire respecter, intelligence sociale…).

L’homme idéal. 50 leçons pour séduire la femme, Marabout, 2012.

Jean Claude Kaufmann,

La Vie HLM, usages et conflits, Éditions ouvrières, 1983.

La Chaleur du foyer, Méridiens-Klincksieck, 1988.

La Vie ordinaire, Greco, 1989.

La Trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Nathan, 1992, 216 p.

Sociologie du couple, PUF, 1993

Corps de femmes, regards d’hommes. Sociologie des seins nus, Nathan, 1995, 240 p.

Le Cœur à l’ouvrage, Nathan, 1997.

La Femme seule et le Prince charmant, Nathan, 1999.

Ego : Pour une sociologie de l’individu, Nathan Université, 2001.

Premier matin, Armand Colin, 2002.

L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Armand Colin, 2004.

L’Entretien compréhensif, Armand Colin, 2004.

Casseroles, amour et crises : ce que cuisiner veut dire, Armand Colin, 2005.

Familles à table. Sous le regard de Jean-Claude Kaufmann, Armand Colin, 2007.

Agacements. Les Petites Guerres du couple, Armand Colin, 2007.

Quand Je est un autre, Armand Colin, 2008.

L’Étrange Histoire de l’amour heureux, Armand Colin, 2009.

Sex@mour, Armand Colin, 2010

Pères & Fils : Une histoire d’amour, Textuel, 2010.

Le Sac. Un petit monde d’amour, Jean-Claude Lattès, 2011

La Guerre des fesses, Jean-Claude Lattès, 2013.

Identités : La bombe à retardement, Textuel, 2014.

Un lit pour deux, Jean-Claude Lattès, 2015.

L’amour qu’elle n’attendait plus, Hugo Doc, 2018

Simon Savry-Cattan

https://www.justicepenale.net/single-post/2017/11/28/Les-poursuites-b%C3%A2illons-caract%C3%A9ristiques-et-actualit%C3%A9-de-la-r%C3%A9pression-judiciaire-des-discours-militants-en-France