Consommations et Societes
  • Nouveau traduction en chinois : la consommation & les sciences sociales (Dominique Desjeux)

    Traduction en chinois - 2 livres : la consommation & les sciences sociales

    Lire la suite

  • Romans : les Femmes chinoises ont-elles besoins des hommes ?

    Les Femmes chinoise, ont-elles besoin des hommes ? romans de Mou Xiao Ya

    Lire la suite

  • Consommateur Malin Tome 1 et 2

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 1 Face à la crise le cadrage du client et les marges de manoeuvre du consommateur

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 2 Le consommateur stratège

    Lire la suite

  • Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Soirée-débat "Truly different" by Pragmaty

    avec de gauche à droite Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Lire la suite

Dominique Desjeux Activités

2008 09 RT Consommation : appel à communication

Presse, radio, télévision, conférences, séminaires, collloques, divers

 

Appel à communication Congrès AFS « Violence et société », 14-17 avril 2009

 

RT 11 Consommation

 

Violences et consommations

 

Après une période d’analyse de la consommation comme aliénation, puis une analyse de la consommation comme lien social, vient le temps de montrer la diversité et la complexité du rapport des acteurs sociaux à la consommation. Le thème de la violence est un bon moyen d’y travailler. Ainsi, le thème « Violences et Consommations » va nous permettre d’explorer non seulement les « faces cachées » de la consommation, mais également les notions de désordre, de conflit, de résistance, de tension, d’exclusion, en ce qu’elles sont inhérentes aux comportements sociaux.

 

Nous proposons donc une entrée très large de la notion de violence, et de son lien à la consommation, en explorant notamment :

 

– Les violences de la non-consommation ou de la consommation limitée : La violence des difficultés d’accès à la consommation (violence symbolique et matérielle liées aux inégalités et aux exclusions sociales, entre classes sociales, rapports de genre, de générations, de culture, et entre pays ou régions du monde)

 

– Les violences pour la consommation : L’accès à la consommation par des moyens violents, illégaux (vol, délinquance, etc.)

 

– Les violences par la consommation : les pratiques de consommations risquées, violentes (sports, jeux, rallyes, consommation d’armes, etc.)

 

– Les violences des contenus de consommation (jeux vidéos, films, musiques, publicités)

 

– Les violences contre la consommation : la contestation de la consommation et les critiques sociales et environnementales : discours et pratiques de contestation, acteurs de la mobilisation, etc.

 

A travers ces thèmes, nous ouvrons la voie non seulement à la violence physique, mais également aux pratiques de discriminations, de sexisme, de racisme, etc., qui peuvent se donner à voir dans les pratiques de consommation.

 

De plus, nous souhaitons discuter de la notion « politique » de la consommation, de ses enjeux sociaux, de la consommation comme ressource ou comme contrainte dans les conflits sociaux, dans les rapports de pouvoir, de ses usages subversifs, etc.

 

Tous les champs de la consommation et des usages sont bien sûr concernés : alimentation, biens culturels, gestion du corps, technologies, énergies, habitat, mobilité, santé, communication et information, environnement, etc.

 

Enfin, nous souhaitons ouvrir le champ de la géopolitique de la consommation, de ses enjeux internationaux, autour des violences liées aux ressources et aux flux (matériels et humains).

 

L’objectif est donc d’explorer, au-delà de la dichotomie aliénation/lien social, les formes contemporaines de la consommation comme fait social, comme contrainte et comme ressource, comme enjeu stratégique et identitaire, aussi bien dans ses aspects banals et quotidiens que par les phénomènes extra-ordinaires qu’elle peut engendrer. La thématique des « violences » est alors une manière de « déconstruire » la notion de consommation, en éclairant ses côtés sombres, mais aussi en éclairant la manière dont les acteurs sociaux peuvent utiliser la consommation dans leur volonté de résistance, dans leurs pratiques politiques, dans la construction de leurs identités sociales. La consommation est un miroir, parfois grossissant, des tensions se jouant actuellement dans le monde.

 

A NOTER – SESSION CROISEE : le RT 11 Consommation et le RT 38 Environnement s’associent pour une session commune, sous réserve d’un nombre suffisant de communications. Dans cette session croisée, nous souhaiterions aborder plus spécifiquement le lien contemporain entre consommation et environnement, par exemple à travers :

 

La consommation (buycott, services et produits verts, labels, alternatives de consommation) ou sa contestation (boycott, décroissance, simplicité volontaire, etc.) sont-elles des voix/voies possibles pour exprimer une attention à l’environnement ? Quels sont les liens avec le rapport à la politique ?

 

– Quelles sont les perceptions sociales des incidences écologiques de nos modes de consommation ?

 

– Qu’en est-il aujourd’hui de la consommation « durable » du point de vue des consommateurs (réduction de consommation, modes de vie alternatifs, consommation « verte »), du point de vue des associations (environnementalistes, de consommateurs, etc.), de la distribution, des producteurs (quelle offre et quelle demande de produits écologiques) ?

 

– Existe-t-il une « gouvernance de la consommation », quels en sont les acteurs, les  niveaux d’action (local, régional, national, européen, international) ?

 

Voir également l’appel à communications du RT 38.

 

Une autre session croisée pourra être organisée en fonction des propositions reçues.

 

 

 

Envoyez une proposition de communication au plus tard le 14 septembre 2008 à :

isabelle.moussaoui@edf.fr

La proposition de communication doit contenir un résumé de 1200 signes maximum (espaces compris). Vous pouvez également y joindre un développement plus long, si vous le souhaitez. Merci de mentionner vos coordonnées dans le document envoyé.