Consommations et Societes
  • Nouveau traduction en chinois : la consommation & les sciences sociales (Dominique Desjeux)

    Traduction en chinois - 2 livres : la consommation & les sciences sociales

    Lire la suite

  • Romans : les Femmes chinoises ont-elles besoins des hommes ?

    Les Femmes chinoise, ont-elles besoin des hommes ? romans de Mou Xiao Ya

    Lire la suite

  • Consommateur Malin Tome 1 et 2

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 1 Face à la crise le cadrage du client et les marges de manoeuvre du consommateur

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 2 Le consommateur stratège

    Lire la suite

  • Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Soirée-débat "Truly different" by Pragmaty

    avec de gauche à droite Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Lire la suite

Dominique Desjeux Activités

2006 10 29 Editorial de D. Desjeux du 29 octobre 2006

Presse, radio, télévision, conférences, séminaires, colloques, divers

Suite au dernier congrés de l’AFS (Association Française de Sociologie) à Bordeaux, la revue en ligne Consommations et Sociétés n°7 publie deux nouveaux articles sur les « NTIC », les nouvelles technologies de la communication, à partir de deux communications.

Le premier article est d’Emmanuel Kessous. Il porte sur la question centrale dans nos sociétés aujourd’hui de la généralisation de la traçabilité par les techniques électroniques. C’est un article à la fois technique et concret. Il donne beaucoup d’exemples et notament sur la nouvelle technique de radio fréquence RFID, utilisée par exemple avec le pass Navigo pour le métro à Paris. La RFID est aussi utilisée dans les magasins et les grandes surfaces pour limiter les vols ou faciliter la gestion des stocks. Il montre aussi comment ces nouvelles technologies représentent des enjeux pour la défense de la vie privée et comment les groupes de pression de consommateurs aux USA se mobilisent autour de ce thème. Ou encore, il explique comment la question de la confiance sociale se repose à partir du développement de la traçabilité. Finalement il fait ressortir l’ambivalence des NTIC qui permettent à la fois plus de sécurité et plus de contrôle social sans verser ni dans l’enchantement messianique, ni dans l’enchantement apocalyptique.

Le deuxième article est de Jean Aimé Dibakana. Il porte sur les usages sociaux du téléphone portable au Congo-Brazzaville. Il montre à travers de nombreux cas et interviews comment l’usage du portable est une façon d’exprimer le pouvoir social que certains occupent dans la société congolaise.

Avec la montée de l’importance des NTIC dans la vie quotidienne, mon hypothèse aujourd’hui est que l’on ne se dirige ni vers une société plus libre et plus individualiste, ni vers une société plus totalitaire, ou tout le moins tout cela relève d’une issue plus incertaine qu’il ne le paraît, mais que l’on entre dans une période de tension plus forte entre la tendance à l’autonomisation des acteurs et une tendance à produire plus de contrôle social au niveau du travail, de la mobilité et des normes sociales dont les NTIC en sont des analyseurs significatifs. C’est une période ambivalente qui semble marquer la fin de la période de libéralisation ouverte par mai 1968 en Occident. Notre époque semble être celle d’un retour à la « normale » au sens anthropologique, c’est-à-dire que la dynamique autonomie-controle relève d’un mécanisme humain assez général et donc qu’il nexiste pas de société sans contrôle et sans recherche d’autonomie. Ce qui varie en fonction des périodes ce sont les formes du contrôle social. C’est le rôle joué par la sorcellerie en Afrique depuis longtemps ou celui des religions dans leurs versants intégristes. De façon peut-être plus qu’analogique, les NTIC jouent aujourd’hui la forme moderne du controle social en assurant à la fois la sécurité, la déviance et la conformité sociale.

 D. Desjeux, 29 octobre 2006