Consommations et Societes
  • Nouveau traduction en chinois : la consommation & les sciences sociales (Dominique Desjeux)

    Traduction en chinois - 2 livres : la consommation & les sciences sociales

    Lire la suite

  • Romans : les Femmes chinoises ont-elles besoins des hommes ?

    Les Femmes chinoise, ont-elles besoin des hommes ? romans de Mou Xiao Ya

    Lire la suite

  • Consommateur Malin Tome 1 et 2

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 1 Face à la crise le cadrage du client et les marges de manoeuvre du consommateur

    LE CONSOMMATEUR MALIN – Tome 2 Le consommateur stratège

    Lire la suite

  • Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Soirée-débat "Truly different" by Pragmaty

    avec de gauche à droite Cynthia Fleury, Dominique Desjeux et Elie Cohen

    Lire la suite

ENERGIE, EAU, ENVIRONNEMENT, POLLUTION

2000, Desjeux, Garabuau-Moussaoui, Est-ce que les papy boomers feront encore des manifestations en 2008 ? Synthèse

Les effets générationnels des pratiques associatives dans le domaine de la défense de l’environnement. Etude sociologique prospective sur l’hypothèse de la mobilisation environnementale des Baby Boomers au moment de leur retraite

 

Direction scientifique : Dominique Desjeux, Professeur d’Anthropologie sociale et culturelle à l’Université Paris 5-Sorbonne, Directeur scientifique d’Argonautes

Enquête réalisée par : Dominique Desjeux et Isabelle Garabuau-Moussaoui, Anthropologue, Responsable d’études à Argonautes, Chercheur associé au Cerlis (CNRS/Paris V-Sorbonne)

Rédaction : Isabelle Garabuau-Moussaoui

Contrat de recherche entre Argonautes et EDF – GRETS

 

 

I Synthèse

 

La recherche d’Argonautes est partie d’une question centrale : comment vont se comporter les Baby Boomers en matière d’environnement quand ils auront quitté la vie active, quand ils deviendront des « Papy Boomers » ?

Pour répondre à cette question prospective, nous avons utilisé une méthode originale, en sciences humaines, par rapport aux classiques questionnaires ou entretiens sur les motivations des Baby Boomers (qui sont de faibles indicateurs de leurs pratiques futures). C’est la méthode des entretiens « d’experts », c’est-à-dire auprès de dix acteurs et chercheurs qui ont une expertise sociologique ou de terrain dans l’un des trois domaines qui forment la question : l’environnement, les générations et les formes de mobilisation sociale. Nous avons ensuite croisé ces données à dire d’expert avec des données bibliographiques portant sur une quarantaine d’ouvrages ou d’articles.

 

Merci à Pierre Favre, Xavier Gaulier, Jean Pierre Terraille, Louis Chauvel, Michèle Dobré, Daniel Madet, Bruno Maresca, Jean Luc Trancart, Madame Levet à qui nous devons la base de cette réflexion dont nous assumons les faiblesses.

 

1 – Qui sont les baby boomers ?

 

Au niveau démographique, les Baby Boomers sont définis comme les personnes nées entre 1945 et 1962, soit autour de 800 000 naissances par an (à peu près 14 millions en tout).

Au niveau sociologique, les Baby Boomers représentent une génération qui partage une histoire et des valeurs communes (naissance après guerre, enfance pendant les trente glorieuses, Mai 68 dans leur jeunesse, ascension sociale pendant leur vie active, vote plus à gauche, sensibilité plus forte à l’environnement, problème de retraite lié à leur nombre, etc.). Elle regroupe alors les personnes nées entre 1945 et 1955, soit 8,1 millions de personnes.

En 1995 le nombre de  personnes nées entre 1945 et 1955 et habitant en France (Baby Boomers et immigration)  est d’environ 8 600 000 personnes (14,8% de la population)

Remarque : Les valeurs du Baby Boom, sur l’environnement, dépassent cette seule génération. Elles sont diffusées dans les générations plus jeunes, celle de leurs enfants notamment qui représente encore une population démographique forte (jusqu’à ceux nés en 1972). La fin de l’activité des Papy Boomers n’implique donc pas la fin des valeurs de protestation.

 

2 – Les effets de génération, de situation, de cycle de vie sur la mobilisation des Baby Boomers dans le domaine de l’environnement

21 – Les arguments en faveur d’une mobilisation des Baby Boomers dans l’environnement

Effet de situation, de contexte historique

Les experts estiment que l’environnement est un thème de société en développement aujourd’hui dans la société française. Les hommes et les professions supérieures y sont plus sensibles

 

– Effet de génération

La génération des Baby Boomers participe fortement au courant de l’écologie politique qui s’est créé en connexion ou parallèlement  au mouvement de mai 68, même si ce courant est minoritaire politiquement (environ 5 à 6 000 adhérents au Parti Vert) et dans les associations (3% des Français de 18 ans et plus sont adhérents à une association de défense de l’environnement)

Une partie des Baby Boomers ont un répertoire d’action de revendication et de mobilisation qui n’est pas historiquement lié à l’environnement, mais qu’ils pourraient mettre (ou mettent déjà) au service des questions d’environnement. Ils ont aussi un répertoire professionnel qui peut servir pour une expertise juridique ou technique

L’environnement pourrait donc devenir un thème de préoccupation pour les futurs retraités Baby Boomers. Ils pourraient prendre conscience tardivement, mais fortement, de l’importance de l’environnement dans leur vie et dans celle de leurs enfants et petits-enfants (cf. l’idée de « générations futures » autour de la dette entre générations et la conservation du patrimoine écologique)

La génération des Baby Boomers seront des retraités physiquement plus jeunes, plus actifs, plus dynamiques que les retraités des générations précédentes

 

Effet de cycle de vie, lié à celui de génération

Les retraités d’aujourd’hui sont de plus en plus « impliqués » dans les associations de défense de l’environnement

En 1995, environ 100 000 personnes de plus de 60 ans sont des membres « impliqués » dans une association de défense de l’environnement

Entre 1979 et 1997, les plus de 60 ans sont passés de 10% à 31% des adhérents à une association de défense de l’environnement, alors que le nombre d’adhérents est stable depuis 20 ans

Or les Baby Boomers sont plus sensibles au thème de l’environnement que leurs aînés et donc le mouvement devrait plutôt s’amplifier quand ils auront eux-mêmes plus de 60 ans.

 

22 – Les arguments contre une mobilisation des Baby Boomers dans l’environnement

Une partie des Baby Boomers n’auraient pas ou plus de raisons de revendiquer, parce qu’ils sont bien « intégrés » à la société

Une partie des Baby Boomers qui ont milité pendant leur vie active seraient « fatigués » de leur investissement militant et ne continueraient pas leurs actions pendant leur retraite

Les Baby Boomers qui resteraient ou deviendraient actifs pendant leur retraite seraient pris par d’autres types de revendications, considérées plus importantes que l’environnement (problèmes du paiement des retraites, discussions sur le système de santé, etc.)

Une partie des retraités se focalisent davantage sur la famille

Les formes que pourrait prendre la mobilisation des Baby Boomers en faveur de l’environnement

Un maintien, voire un développement, de la pratique associative

Une militance « douce » (expertise juridique ou technique, média comme Internet, etc.), qui correspond à la valorisation de la baisse d’énergie physique et du maintien des facultés intellectuelles. La militance douce n’empêche pas des impacts forts dans le système d’action

La revendication concernerait une minorité active

Une partie des Baby Boomers adopterait une consommation écologique, plus que des revendications militantes. Ce type de pratique peut être également un moyen de pression face aux politiques et aux industriels (boycott, consommation alternative)

Les « seniors » sont des électeurs potentiels de plus en plus nombreux. Les politiques pourraient agir « en leur nom ».

 

3 – Notre pronostic

Une minorité active de Papy Boomers vont se mobiliser sur des problèmes de société au moment de leur retraite. L’environnement a des chances d’en faire partie s’il s’agrège à des problèmes plus globaux (santé, questions sociales, critique de la consommation) et en même temps parce qu’il peut s’adapter à des formes « douces » de militance (expertise juridique).

La vague des Papy Boomers potentiellement actifs devrait « démarrer » en 2001 avec la fin de la vie active (préretraite, chômage) et s’arrêter vers 2030 (les Baby Boomers auront tous au moins 75 ans).