Consommations & sociétés par Dominique Desjeux

portrait de Dominique Desjeux antropologue, professeur à la Sorbonne, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Citée

La consommation est au cœur de toutes les sociétés modernes et traditionnelles. Elle est ambivalente, comme le Yīn et le Yáng (阴阳) chinois. Elle est source de vie et source de mort.
À une échelle géopolitique, elle est un analyseur de la montée de la classe moyenne mondiale et de ses conséquences sur la difficile mise en place d’une consommation plus économe en matières premières, en énergies et en protéines qui serait pourtant nécessaire pour limiter les problèmes de pollution, de réchauffement climatique ou de guerre.
À une échelle meso sociale, elle représente un enjeu pour les politiques publiques qui hésitent entre la priorité à donner à l’offre ou à la demande, à la relance par la consommation ou par l’investissement. Depuis la crise de 2008, elle est l’expression d’une tension entre les créditeurs de la dette publique et les chômeurs qui se retrouvent sous forte contrainte de pouvoir d’achat. Elle est aussi l’expression d’une tension entre les entreprises et les groupes de pression de consommateurs qui s’expriment à travers le Web 2.0 ou les « actions collectives »
À une échelle micro sociale, la consommation est depuis toujours la source du lien social au sein de la famille, entre amis et entre collègues. À travers la multiplication des biens de consommation, elle participe à la construction identitaire des groupes et des individus tout au long des étapes qui marquent l’évolution des cycles de vie depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse.
L’objectif de ce site est de présenter des enquêtes empiriques en France et à l’international qui montrent les liens ambivalents qui unissent consommations et sociétés, consommation et géopolitique, consommation et énergie, contraintes collectives et hédonisme individuel.